AJC DE COLMAR

CYCLE ANNUEL DE CONFÉRENCES DE
L’AMITIÉ JUDÉO-CHRÉTIENNE DE COLMAR

ANTISÉMITISME: UN MAL QUI RESURGIT

Mardi 28 janvier 2020, 20h, Salons de l’Orangerie, Chemin du Dornig, Colmar
FRÈRE Louis-Marie COUDRAY, directeur du Service National pour les relations avec le judaïsme de la Conférence des évêques de France : « Antijudaïsme, antisémitisme, anti-sionisme »

Aujourd’hui des manifestations d’antisémitisme resurgissent, Un débat est ouvert sur la notion d’antisionisme et son lien avec l’antisémitisme. L’antijudaïsme fait partie de l’histoire des rapports entre l’Église et le peuple juif. Il nous faut éclairer nos esprits sur ces différentes catégories. Comment aujourd’hui définir ces termes et ces notions. Quels sont leurs rapports ? Quelle est la part du religieux, du culturel et du politique dans chacune de ces notions ? leurs évolutions au cours de l’histoire. Comment les appréhender et en faire un bon usage aujourd’hui ?

Mardi 11 février 2020, 20h, Salons de l’Orangerie, Chemin du Dornig, Colmar
Georges BENSOUSSAN, historien des mondes juifs, « Les habits (presque) neufs d’une vieille passion ».

L’antijudaïsme, renommé à la fin du XIXe siècle antisémitisme, est incompréhensible sans l’évocation de ses racines chrétiennes, d’une nouvelle religion née du judaïsme et dont l’hostilité radicale à l’endroit de ses racines forgera les consciences pour des siècles. La passion antijuive va imprégner le psychisme collectif de l’Europe pour en faire la terre d’élection du préjugé antijuif. Cette passion de nature paranoïaque (« eux ou nous »), épouse les cadres culturels de son époque. De là, le passage d’un antijudaïsme religieux à un antijudaïsme national puis « racial ». Pourtant, le fond de ce rejet reste identique : une haine rédemptrice qui cristallise sur un objet maudit (« les Juifs ») des passions millénaristes et purificatrices. En 1945, après la destruction que l’on sait, on pouvait croire l’Europe débarrassée de ce fléau. C’était mal comprendre la nature de cette peste émotionnelle qui resurgit aujourd’hui, mais au nom de l’antiracisme et de l’« amour de l’Autre ». Pour cristalliser sa passion sur le rejet d’un État, moins de sa politique que de son droit à l’existence.
La haine antijuive a donc mué sous nos yeux du « peuple en trop » à l’« État en trop ». Et ce fantasme de destruction est d’autant plus inquiétant qu’il rencontre un antijudaïsme arabo-musulman d’une virulence rare, et, verbalement au moins, quasi génocidaire. Aujourd’hui, la détestation d’Israël met en danger le signe juif vivant quand, chaque 27 janvier, les Juifs disparus dans la Shoah font l’objet d’une communion universelle.

Mardi 17 mars 2020, Salons de l’Orangerie, Chemin du Dornig, Colmar
Florence Taubmann, pasteure et ancienne présidente de l’Amitié Judéo-Chrétienne de France, Combattre l’antisémitisme par la judéophilie !

Repérer, analyser, dénoncer l’antisémitisme sous toutes ses formes est essentiel mais ne suffit pas. Il faut saper le pouvoir de la haine par celui de l’amitié. Amitié née de la découverte de ce que sont le judaïsme et le peuple juif, et nourrie de la connaissance de tout ce qu’ils signifient pour l’ensemble de l’humanité. D’un point de vue chrétien, témoigner de cette amitié et partager cette connaissance s’impose d’autant plus que c’est du cœur du peuple juif que le monde a reçu le Messie qui a fondé l’Église et ouvert à tous le chemin de l’Alliance.

«VOYAGE DE MÉMOIRE» À AUSCHWITZ du 27 au 29 octobre 2020

L’Amitié judéo-chrétienne de Colmar organise du 27 au 29 octobre 2020 un « voyage de mémoire » à Auschwitz. Il faut être membre de l’association pour y participer. Le départ se fera le mardi 27 vers 6h30 de l’aéroport Bâle/Mulhouse, arrivée à Cracovie à 8h10 (vol Easy Jet). Visite de Cracovie et
de l’ancien quartier juif. Mercredi : visite d’Auschwitz et de Birkenau avec un guide spécialisé (3 heures et demie) ; visite de l’exposition « Les labyrinthes » de Marian Kolodziej, ancien prisonnier d’Auschwitz, à Harmeze ; retour à Cracovie ; jeudi : visite de la mine de sel de Wieliczka, avec un guide spécialisé (3 heures). Décollage à 16h35, arrivée à Bâle/Mulhouse à 18h35 (vol Easy Jet).

Le prix par personne, sur la base d’un groupe minimum de 21 personnes, est de 420€/personne pour les membres de notre association et comprend le vol AR, l’hôtel Wyspianski, les repas sans boisson, le guide, l’autocar, les tickets d’entrée. Il faut compter avec un supplément de 42€ pour une chambre individuelle.
À propos des repas cacher à Cracovie : les repas cacher (cuisinés dans des ustensiles spéciaux, bénis et transportés dans des conditions adéquates) reviennent cher : il faut compter un supplément de l’ordrede 20€ par repas (déjeuner et dîner). Reste le problème du petit-déjeuner. On peut très facilement trouver des repas « façon cacher », sans viande de porc, avec du bœuf ou du poisson, ou des repas végétariens. Pour les repas « façon cacher», il faut compter 3 ou 4€ de plus par repas. Faites-nous savoir ce
que vous voulez manger (repas strictement cacher, façon cacher avec bœuf ou poisson, végétarien). On peut demander aux restaurants où nous irons manger de nous communiquer leurs menus et commander avant le voyage pour tout le séjour.
Nous serons accompagnés par Christophe Woehrlé, docteur de histoire contemporaine (université de Bamberg), qui a notamment écrit Marc Lucius (1888-1962), « Juste parmi les nations » ? et qui est l’initiateur en France de la pose des Stolpersteine en France. »

Les pré-inscriptions sont ouvertes jusqu’au 31 décembre 2019 ; nous vous demandons un acompte de 130€ par personne à envoyer pour cette même date au trésorier de l’association, Théodore Stussi 23 av. Clemenceau 68 Colmar. Tél. : 03 68 07 43 57 thema.stussi@gmail.com

ATELIERS

Comme les années précédentes l’Amitié Judéo-Chrétienne de Colmar organise deux groupes de lectures, l’un portant sur un texte biblique et l’autre un livre choisi par les participants. Ces groupes se rencontrent environ toutes les quatre à six semaines à des dates convenues par les parti-
cipants.

Atelier «TEXTES BIBLIQUES» — Responsable: Théodore Stussi (03 68 07 43 57)
Ce groupe poursuit dans une atmosphère conviviale l’étude de textes bibliques. La présence de membres juifs ou chrétiens lisant l’hébreu est appréciable et permet un accès plus direct à l’original.

Les deux années précédentes, ce groupe avait travaillé sur le Livre de Job, puis celui de Jonas et enfin sur des Psaumes. Actuellement, il se consacre à la lecture de l’histoire de Joseph dans la Genèse (chap. 37-50).
La prochaine rencontre se fera à l’église Saint-Paul, av. de Paris à Colmar, jeudi 16 janvier 2020 à 17h15 à partir du chapitre 37, verset 28.

Atelier «LECTURES» — Responsable: Claude Mouchet (03 89 27 27 11)

Ce second groupe étudie des ouvrages plus ou moins récents en rapport avec le dialogue judéo-chrétien, choisis par les participants ; il lit actuellement le livre publié sous la direction d’Élisabeth Parmentier Une bible des femmes. Auparavant, il avait lu Réflexions sur la question antisémite de Delphine Horvilleur et L’identité juive du philosophe alsacien André Neher.
Ce groupe se réunira chez Nicole Lefèvre 11 rue Aristide Briand à Colmar le lundi 20 janvier 2020 à 17h30 pour s’entretenir sur « Le courage des femmes » et « Histoires d’étrangères » (p. 116-157).

 

Toutes les conférences débutent à 20h et se tiennent désormais aux Salons de l’Orangerie, Chemin du Dornig, 68000 Colmar ou 77 route de Neuf Brisach, 68000 Colmar  03 89 41 33 02.
Pour se rendre aux Salons de l’Orangerie en venant de Colmar en direction de Horbourg, tourner à gauche juste avant la station de lavage autos de l’hypermarché Leclerc. À cent mètres du feu, vous avez à droite un immense parking qui se trouve juste devant l’entrée des Salons de l’Orangerie.

 

L’AJCC a été fondée en 2008, mais dès 2000 existait déjà un groupe informel, Juifs et chrétiens pour se mieux connaître. Cette première appellation indiquait l’un des buts essentiels de ce groupe : plus de deux générations après la Shoah, on constatait que les juifs et les non-juifs de Colmar constituaient des groupes étrangers l’un à l’autre, que les préjugés contre les juifs, notamment dans le monde chrétien, étaient toujours vivaces, ainsi qu’on l’a constaté localement lors de la profanation du cimetière de Herrlisheim en 2004, et que nous en faisons de nouveau l’expérience douloureuse actuellement en France et en Europe. On l’aura compris, la connaissance réciproque entre juifs et non juifs, la lutte contre l’antisémitisme font partie de nos objectifs premiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


VOUS VOULEZ FAIRE UN DON ?